bandeau presentation

photo1
La Fédération Viticole de l'Anjou et de Saumur a été créée en 1918 sous le nom de Fédération Générale des Syndicats Viticoles de l'Anjou. Elle regroupe l’ensemble des syndicats viticoles du vignoble d’Anjou Saumur et exerce deux types de missions.

LES MISSIONS SYNDICALES

Syndicat professionnel représentatif, La Fédération viticole de l’Anjou et de Saumur a pour objet de défendre les intérêts collectifs et individuels des vignerons d’Anjou Saumur.

Elle compte aujourd’hui 900 viticulteurs adhérents (cotisation volontaire) sur les 1000 que dénombre le vignoble.

 

  • Défense des intérêts collectifs

La Fédération est l’interlocutrice privilégiée des services de l’Etat (Direction départementale du territoire, FranceAgrimer, Services des douanes et de la répression des fraudes…), des collectivités (Conseil Général, communes et communautés de communes…),  de le Chambre d’Agriculture, de la Chambre de commerce et de l’industrie, de la SAFER…. pour traiter de l’ensemble des sujets qui concernent la viticulture.

Son champ d’intervention est vaste.

Quelques exemples :

  • Emploi : Participation à la négociation de la convention collective,
  • Baux ruraux : Participation à la négociation du prix des fermages,
  • Environnement : mise en place de mesure agro environnementales dans le cadre du SAGE, Layon Aubance, mise en œuvre d’un programme  de développement de la lutte par confusion sexuelle avec le soutien du Conseil Général,
  • Mise en place et maintenance de la signalétique viticole,
  • Action en faveur de la simplification des formalités administratives.

 

  • Défense des intérêts individuels

La Fédération dispose d’un service juridique qui traite 1500 appels par an.

Les questions posées touchent principalement au droit du travail, aux baux ruraux,  au droit commercial, au droit vitivinicole (étiquetage des vins, accises…).

Par ailleurs des actions peuvent être engagées pour répondre à des besoins ponctuels : achat groupé de détecteur de Co2, formation GAMMA…

L’information des viticulteurs est également une mission essentielle et elle s’appuie sur plusieurs outils : le journal bi mensuel « le vigneron du Val de Loire », la newsletter et le site internet de la Fédération viticole.

 

LES MISSIONS D’ORGANISME DE DEFENSE ET DE GESTION

La Fédération viticole est le seul organisme de défense et de gestion reconnu par l’INAO pour les 25 AOC que compte le vignoble Anjou Saumur. 

Elle exerce à ce titre plusieurs missions :

  • L’identification des opérateurs (viticulteurs, négociants, conditionneurs),
  • Le traitement des demandes de revendication,
  • La rédaction des cahiers des charges de chaque AOC qui font l’objet d’une publication au journal officiel,
  • La participation à la vérification des conditions de production (contrôle interne),
  • La formation des dégustateurs,
  • La protection des terroirs, de l’image et du nom des AOC,
  • La participation à l’action de l’Interprofession (10 délégués désignés).

 

La Confédération des vignerons du Val de Loire (CVVL) :

Créée en 1997, la confédération des vignerons du Val de Loire est une union de syndicats qui rassemble notamment Le syndicat de défense de l’AOC Muscadet, la Fédération viticole de l’Anjou et de Saumur, la Fédération des associations viticoles d’Indre et Loire, la Fédération des associations viticoles du Loir et Cher, Le syndicat des vins de pays du Val de Loire.  Cette organisation professionnelle à vocation à traiter des problématiques communes à l’ensemble des vignobles du Val de Loire et à coordonner l’action collective.

A ce titre et notamment, la CVVL :

  • Participe à la définition de la politique viticole régionale dans le cadre du conseil de bassin Val de Loire – Centre,
  • Négocie le contenu de l’accord interprofessionnel avec les entreprises de négoce,
  • Relaye l’action de la CNAOC (Confédération nationale des producteurs de vins AOC) notamment auprès des parlementaires ligériens sur différentes thématiques : vin et société, régulation du potentiel de production…,
  • Engage toutes actions utiles : mise en place de l’observatoire régionale des pratiques contractuelles,  rédaction de guides pratiques (« sécuriser ses transactions », « contrôles des douanes et de la répression des fraudes »)…